SAISON 22 : du 10 octobre 2016 au 10 avril 2017

Assemblée générale de l'association le 13 mars 2017

 

Envie de nous écrire ?

Ecrivez à l'association ou au webmaster en cliquant ici.

 

N'hésitez pas à laissez des commentaires au bas des articles. Merci de signer d'un nom et d'un mail, ou nous pourrions supprimer vos écrits...

18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 21:35

Réunion Amap La Roustide – cours Julien 16 janvier 2017

Présents :

Sophie, Séverine, Bertrand, Olivier, Mireille, Odile, Françoise, Laurent R, Christine, Laurence, Catherine R, Pierre, Marie, Céline, Alexis, Jeanne, Francesca, Laurent B.

Ordre du jour :

Le point sur la situation : retour sur la journée du 11 janvier, préparation du CA de Coups d’Pousses le 20 janvier, perspectives

Pour rappel, notre association a demandé une évaluation du projet lieu-test la Roustide et a mandaté pour cela F. Thomas de Solidarité Paysans Vaucluse. Dans le cadre de cette évaluation, une journée d'échanges a rassemblé mercredi 11 janvier l'ensemble des acteurs du projet à la Roustide (où Laurent R, Laurence et Francesca étaient présents).

* Réactions et discussions suite aux comptes rendus de la journée du 11

Coups d’Pousses nous propose un nouveau projet mais il en manque les contours. On ne peut pas se prononcer sur un nombre d’adhérents en saison 23 pour le moment.

L’idée même de s’engager pour un nombre de paniers auprès de CDP pose problème à certains : bien sûr le choix individuel restera libre, il s’agit d’essayer une anticipation.

Le 11 janvier, Francis Thomas a confirmé aux Amaps que la distinction entre Coups d’Pousses et Coups d’Pousses – La Roustide était fictive, on parle bien de la même structure.

Réaction à la mention dans les CR d’une augmentation du prix du panier de 2 euros : Laurent B explique que ce n’est pas en projet. C’était une projection pour illustrer que si on ne réduit pas les charges il faut augmenter le panier de 2 euros pour être rentable, mais cette augmentation n’est pas du tout à l’ordre du jour.

* Problème des conventions d’apport

Nous devons exiger la transformation rapide des conventions d’apport en reconnaissances de dettes. CDP s’y est engagé le 11 janvier. Le problème actuel c’est qu’en tant qu’apporteur de capital, le prêteur figurerait dans les derniers remboursés en cas de liquidation (après l'Etat, les banques et les fournisseurs). Francesca demande à CDP d’ajouter ce point à l’ordre du jour du CA le 20 janvier.

* Question du remplacement de Laurent par Jean-François :

Qu’est-ce que cette arrivée changerait ? S’il y a des couvés et de l’argent pour les semis demain, alors Laurent veut bien rester. S’il n'y a pas ces deux éléments, alors ça ne se passera pas mieux pour Jean-François que pour Laurent actuellement. Si Jean-François revient, a priori il faudra, comme au temps de Jocelyne et Jean-François, 2 CDI dans les champs et Jocelyne sur le travail administratif. Ce qui ne semble pas prévu ?

Discussion sur la moralité du projet à l’heure actuelle, qui a laissé un paysan travailler dans des mauvaises conditions pendant plusieurs mois pour s’en séparer aujourd'hui (il est prévu une rupture conventionnelle). Il faut faire remonter au CA que les valeurs font partie intégrante du projet.

Laurent B rappelle que lorsqu’on compare le nombre de bras présents sur la Roustide au temps de Joce et Jean-François, avec le nombre de bras depuis le mois de mai, il ne faut pas considérer que « 1 = 1 », car un saisonnier embauché par petites périodes par Laurent (avec un turn-over très important) n’équivaut pas, en termes de travail accompli, à un Khalid ou une Mylène qui étaient autonomes et qui connaissaient bien le domaine. Pendant que Laurent prend du temps pour encadrer les saisonniers il ne fait pas le reste de son travail.

Un élément flou dans le projet présenté par CDP est la date de retour de Jean-François : si ce dernier arrive quand Laurent travaille encore à la Roustide, Laurent serait-il d’accord pour travailler avec Jean-François ? Laurent dit oui.

En tant qu’administrateur de CDP, peut-on imposer le maintien de Laurent B sur l’exploitation (dans la mesure où il souhaite rester) ? Oui, on pourrait le faire en disant à CDP : si vous permettez à Laurent de rester, nous aurons tant de paniers pour la saison 23, mais si vous le licenciez, vous en aurez tant (moins). Ceci nécessiterait un sondage des adhérents et donc, des précisions de CDP avant cela.

* Évaluation du projet la Roustide par SP84

Fanette appelle Francis Thomas pour lui demander un compte rendu d’évaluation, plus détaillé que la synthèse qui nous a déjà été transmise. Et si possible, qu’on reçoive ce rapport avant le 20 janvier pour l’exposer au CA.

Représentation confiée aux personnes qui se rendront au CA :

L’Amap LRCJ ne peut se réengager auprès de CDP tant que le nouveau projet n’est pas mieux défini. Elle pose comme conditions indispensables (mais pas forcément suffisantes) à son réengagement :
-    la transformation très rapide des conventions d’apport en reconnaissances de dettes ;
-    la fixation d’un échéancier précis des engagements de CDP sur la Roustide : date des semis pour saison 22, date des semis pour saison 23, et surtout, présence de trois couvés au 15 février ;
-    le maintien de Laurent B à son poste si celui-ci le souhaite : à ce titre l’Amap formule une opposition ferme au départ involontaire de Laurent B (unanimité des présents lundi 16) ;
-    la fourniture par CDP d’un document comportant des options comptables claires exprimant les différents scénarios envisagés (nombre de bras, coût de la main-d’œuvre, investissements en semis, etc.).

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Guilbert de la Roustide
commenter cet article

commentaires