SAISON 22 : du 10 octobre 2016 au 10 avril 2017

Assemblée générale de l'association le 13 mars 2017

 

Envie de nous écrire ?

Ecrivez à l'association ou au webmaster en cliquant ici.

 

N'hésitez pas à laissez des commentaires au bas des articles. Merci de signer d'un nom et d'un mail, ou nous pourrions supprimer vos écrits...

12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 19:13

Réunion AMAP lundi 9-01-2017

Ordre du Jour :
Le point sur la situation actuelle

Une réunion est organisée mercredi 11 janvier à la Roustide avec 2 administrateurs de Coups d’Pousses pour la restitution du travail d’audit de Mr Thomas (Solidarité Paysans), expert agricole.

Le Conseil d’Administration de Coups d'Pousses a été fixé au 20 janvier à Saint Nazaire-les-Gardies (siège de l’association).

Rappel de l’historique de la transmission de la Roustide par Jean-François Mallet et Jocelyne Fort et sa transition sous forme d’espace-test, couveuse agricole :
Cette transition a été préparée à partir du 1er trimestre 2016, elle est devenue effective fin juin 2016.
Son principe est le suivant : l’association porteuse (Coups d’Pousses) embauche un chef de culture (Laurent Brunet) et recrute des couvés, qui sont de jeunes agriculteurs qui vont pouvoir perfectionner leur apprentissage et leurs expériences par la pratique.
Nota : toutes les amaps de la Roustide étaient d'accord avec ce projet.

Une levée de fond (prêts, dons et crowd-funding) a été menée pour aider cette transmission à Coups de pousses (par le rachat du matériel agricole).

Coups d’Pousses devait recruter 4 couvés au minimum.
Au mois de juillet 1 seul couvé est arrivé (Jérémy).
Face à la quantité de travail pour faire tourner l’exploitation en été et l’impossibilité d’y répondre avec deux paires de bras seulement, Laurent B a recruté des salariés en juillet pour pouvoir tenir et fournir les paniers.
L’AMAP  du Cours Julien a immédiatement alerté Coup d’Pousses sur le fait que le schéma financier ne prévoyait pas cette dépense en salaires. 
Coups d’Pousses n'a pas réagi ni recruté d’autres couvés ni en septembre ni en octobre ni en novembre…

Au moment du renouvellement des contrats en octobre, il y a eu une baisse de paniers sur les 4 amaps, baisse habituelle au moment du renouvellement, mais qui a été renforcée par les inquiétudes des Amapiens sur la pérennité du projet.

Suite à plusieurs demandes d’information sur la procédure de recrutement des couvés, restées sans réponse précise, l’AMAP  du Cours Julien a demandé à être membre du CA de Coup d’Pousses pour être mieux informée et pour permettre la recherche d’un « plan B ».

Le constat global est mitigé : Coup d’Pousses n'est pas une association fiable que ce soit en termes de gestion ou en termes de disponibilité pour la gestion de la Roustide, l’association est absente de l'exploitation.
Coups d’Pousses nous a donné une impression générale d’amateurisme inquiétant : incapacité à faire un budget prévisionnel lisible, évidence d’un problème de gouvernance, tenue de réunion sans décisions ni conclusion, démission du comptable…
En réaction à cette inquiétude, l’AMAP  du Cours Julien a demandé de façon répétée des échéances claires sur un planning et le recrutement de couvés.

Depuis octobre, il n’y a toujours qu’un seul couvé : Jérémy

L’AMAP  du Cours Julien a alors commencé à avoir de sérieux doutes sur la volonté de l’association Coup d’Pousses de poursuivre le projet.

En vue de trouver une issue, l’AMAP  du Cours Julien a proposé une initiative, validée par l’ensemble des 5 amap de la Roustide. Il s’agit de faire faire une expertise par une personne extérieure, neutre, pour élaborer une analyse objective et professionnelle.
Un membre de Solidarité Paysan a accepté de faire cet audit qui sera à la fois financier et fonctionnel-organisationnel pour déterminer s’il faut décider de l’arrêt de l’expérience et ou si des possibilités de rebondir sont envisageables.

Rappel sur le montage financier entre Coup d’Pousses et JFM et JF : 
Les terres sont louées en fermage par Coup d’Pousses à JF.
Coup d’Pousses a acheté le matériel agricole de la Roustide
Or, JF fait partie du CA de Coup d’Pousses : il est donc apparu qu’il y avait conflit d'intérêts.

L’audit a commencé, il est en cours, les membres du CA et JF ont donné leur accord pour qu’il soit mené et ont transmis les documents le permettant.
La réunion du 11 janvier prochain sera menée avec une partie du CA, et Mr Thomas expert.

Concernant les prêts effectués par les amapiens, la 1ère échéance de remboursements devrait être faite en mai 2017, et se poursuivre pendant 5 ans.

Concernant l’exploitation :
Les semis sont arrêtés depuis début décembre car Coups d’Pousses n’a plus voulu financer l’achat des graines, donc il y a pour l'instant  des légumes jusqu'en mars, de façon  sûre, et après c'est incertain.

Questions et débat :

Que doit CdP à JF et JFM, aux salariés et aux amapiens ?
→    Vis à vis de JF : le fermage doit être versé
Question :  JF peut-elle accepter un étalement du paiement du fermage ou de celui du matériel ?
→    Vis à vis de LB et jérémie : il existe des contrats
Contrat de travail pour LB et contrat aidé pour le couvé 
Nota : le nombre mini ou maxi de couvés nécessaire pour la Roustide est resté oral, il n’est pas inscrit dans le contrat.
→    Vis-à-vis des amapiens : il y a un contrat sur la fourniture de légumes et un autre sur le remboursement des prêts. 
Nota : une association ne peut se déclarer insolvable comme un particulier, c’est le tribunal qui prend la décision. De l’avis d’un amapiens,  CdP remboursera de toutes façons les amapiens sinon les 12 autres espaces test seront en péril.

Les documents sur le projet initial ont été découverts par nous après le démarrage de l’expérience. Les salariés sont financés sur le budget de la Roustide.
L'employeur est CdP qui est une toute petite association, son budget ne permet pas grand-chose.
Il fonctionne pour 13 espaces tests qui correspondent à 13 exploitations avec 13 couvés seulement, et qui ne distribue pas leurs produits en AMAP.

Notre levée de fond a ramené 95 000 euros qui ont été prêtés à CdP.
si Coup d’Pousses doit tout rembourser d'un seul coup et non sur 5 ans comme prévu, ce sera très difficile, même s'ils en récupèrent une partie en vendant le matériel.

Le projet a été victime de sa précipitation et d'un optimisme général avec l'espoir d'un nombre de paniers remontant ...

Alain :
Soyons pragmatique, Coup d’Pousses nous doit des réponses :
•    y a t il un financement qui permette de passer la période des non semis ?
•    y a t il une pérennité à terme ?
Si nous n’obtenons pas de réponse, c'est une non réponse

Mais nous avons aussi des responsabilités (possibilités ?)
Veut-on faire perdurer le réseau que nous avons construit, avec ou sans la Roustide :
il semble que c'est un potentiel à faire perdurer.

L’objet d'une prochaine AG pour l’AMAP  du Cours Julien pourrait être :
l’AMAP  du Cours Julien s’éteint ou continue avec un autre agriculteur et/ou une autre exploitation, on recherche un autre agriculteur ou pas, avec LB ou pas...

Laurent B pourrait-il reprendre le fermage ?
Conséquence : il deviendrait exploitant agricole, ses revenus serait proche d’un RSA (sa situation actuelle de salarié est différente)
Et JF devrait lui louer ses terres, dans une situation qui peut être perçue comme un échec.
Resterait aussi la question du matériel à récupérer, etc.
Mais c'est un des scénarios.

Autre question à aborder :
Souhaitons nous conserver une amap à 100km de son exploitation : le rapport temps de livraison et couts de transports est mauvais.
D’un autre côté, c'est l’AMAP  du Cours Julien à Marseille qui a engendré le projet et qui le soutient de la façon la plus dynamique.

Autre scenario envisagé :
Supprimer une amap :  l’AMAP  du Cours Julien même lointaine est la plus rentable grâce au nombre de ses paniers.
Un salarié équivaut à 40 à 50 paniers. En ce moment à Marseille, il y a  75 paniers
Si on supprimait Nîmes St Césaire (11 paniers), il faudrait remonter à Marseille à 90 paniers.
Cela devient difficile maintenant avec la concurrence des autres amaps et des paniers sur Internet.

Existe-t-il d’autres sources de diffusion pour la production de la Roustide : oui c'est possible de diversifier la distribution de la récolte par exemple aussi auprès des collectivités, cantines etc. Nous l’avons proposé mais Coup d’Pousses n'a rien fait, n'a rien cherché.

Coup d’Pousses décidera de l'avenir du projet. En cas d’échec et d’arrêt de l’expérience, les conséquences seront les suivantes :
→    Le mouvement AMAP sera touché en termes de crédibilité
→    Laurent et sa famille vont perdre leur lieu de vie, son poste.
→    JFM et JF seront aussi perdants : échec personnel, revenus etc.

Décisions prises ce soir :
→    Tenir une réunion le 16 janvier pour rendre compte de la réunion du 11 janvier à la Roustide
→    Refaire une réunion le 23 janvier après la distribution pour  faire le point sur le CA de CdP du 20.
→    Le 11 (matin) : Laurent R et Francesca y vont, il reste 2 places dans la voiture
→    Concernant le CA le 20, au siège de CdP à St Nazaire les Gardies : qui y va ?
→    Amener du vin aux prochaines réunions, car les cubis sont vides

Partager cet article

Repost 0
Publié par Guilbert de la Roustide
commenter cet article

commentaires

Goby 14/01/2017 17:47

Je trouve ce compte rendu très objectif. Et même gentil avec Coup de Pousses.
Les torts de l'Amap? des Amapiens? Non je rigole, on a fait confiance, on a prête de l'argent, on a travaillé dans les champs et on est encore là...pour combien de temps?
De nombreux amapiens se sont tirés ,eux.
Bonne soirée.

Emilie Parent 14/01/2017 16:45

Merci pour le compte rendu de réunion.
Je tiens juste à m'exprimer en réaction car ayant suivi les differentes étapes du projet et certaines réunions avec Coups d'Pouce dit CDP, je n'ai pas vecue les choses de cette façon et je ne me retrouve pas bien dans le compte rendu de cette réunion à laquelle je n'ai pu assister.
En effet, tout d'abord, il ne me semble pas juste de décrire CDP comme quelqu'un ou quelque chose qui n'a rien fait. D'une part parce que, concernant les autres sources de diffusions de la production de la Roustide, ils en ont recherché et ont eu des entretiens avec des collectivités notamment et d'autre part, parce que CDP c'est surtout un ensemble de personne avec un fonctionnement. En effet, CDP c'est des administrateurs, un salariés et des activités (espace test essentiellement). Ils reconnaissent avoir un problème de gouvernance puisqu'ils ont commendité un audit sur ce sujet, problème qui a notamment impacté le projet de la Roustide. De plus, comme les amaps (ce qui n'apparaît pas dans le compte rendus), CDP s'est lancé dans le projet sans étudier en détails les caractéristiques et la faisabilité (notamment financière et en terme de ressources humaines) du projet. Le salarié s'est notamment retrouvé avec un surcroit d'activité alors même qu'il était à flux tendu sur ce qu'il avait déjà à gérer, sans que la trésorerie de l'association ne leur permette de recruter. Contrairement à ce qui est écrit, il y a eu des recherches de couvés qui n'ont pas abouti à des recrutements. CDP reconnait cependant avoir mal fait sa communication ce qui pouvait dissuader des candidats potentiels.

Bref, je trouve simplement que ce compte rendu charge CDP alors qu'à mon sens, tous les acteurs de ce projet ont une part de responsabilité dans la situation actuelle, que ce soit les amaps, le chef de culture, CDP, les anciens exploitants. En lisant bien le CR les différents éléments y sont, mais les formulations ne sont pas les mêmes quand il s'agit de parler des amaps ou de CdP par exemple. Quand au chef de culture, il n'y a rien le concernant.

Mon commentaire ne change rien à la presentation de la situation, mais je souhaitais exprimer mon désaccord avec ce qui ressort de cette réunion.

Merci